C'est le titre qui compte. Après, que t'avales, que tu bois, que tu dégustes ou pas, ça s'en fout royalement. Eh oui, parfaitement. Ça s'en tape le coquillard par terre; t'as déjà acheté.

Je les imagine, caché derrière des masques, mais pour ce qui se trouve en dessous du cou, en tenue d'Adam et Eve. Gras, l'attitude suffisante du vainqueur posant un pied avec nonchalence sur l'animal au sol qui se vide de sa vie, le coeur battant puis plus lentement, moins fort jusqu'à l'ultime instant d'une agonie consciente. Je les imagine jouïr de chacun de ces derniers instants, pas les leurs. Profiter de cette position dominante parce que ça n'en raconte pas la faiblesse. Et ce qui ne coule pas de soi, ce qui coûte, est un peu pénible quand ça y pense, devient une excuse parfaite. Ça se dit empathe et ça se contrit pour la photo. Quand ça paraît naturel, pourquoi se priver d'un reflet dont ça s'est déjà convaincu du bien-fondé et commun. Un portrait noir/blanc entre potes...